5/5 - (5 votes)
Dissipons le mythe selon lequel c’est plus d’hommes qui trahissent. Stella voyante bien connue en Suisse, dit que la trahison n’est plus une prérogative masculine : dans le passé, les hommes ont été trahis pour la plupart parce que, trivialement, nous avons eu plus de possibilités. Ce n’est plus le cas, aussi parce que, dans l’imaginaire collectif, la trahison des femmes a été débarrassée des douanes. Également en partie des films et de la télévision.
Mais y a-t-il une différence entre la trahison des hommes et celle des femmes ? Je dirais que oui. Les hommes sont plus rapides à trahir. Ils commencent par l’aspect sexuel. Ils ont le désir de conquérir. Les femmes, par contre, sont plus compliquées. Quand ils trichent, même dans une relation sexuelle, ils ne sont peut-être pas vraiment amoureux, mais au moins ils ont besoin d’être séduits et intrigués. Ce n’est donc pas seulement une question d’hormones.
Stella voyante Suisse, dit que la trahison masculine laisse la porte ouverte à la relation continue et ne l’interrompt pas. Chez une femme, au contraire, elle est précédée par la fermeture de la porte émotionnelle. Il y a toujours une crise fondamentale.
Pour la culture et la biologie masculines, la trahison est avant tout physique. Pour une femme, c’est d’abord l’amour, avec un engagement émotionnel fort.
Cela ne signifie pas que les femmes acceptent la trahison physique, mais les hommes en souffrent davantage.
Ce qui est certain, c’est que les temps sont favorables à la trahison. Pour les hommes, il y a eu l’avènement de la « pilule bleue » : qui auparavant ne se serait même pas senti capable d’essayer, essaie maintenant. Pour les femmes, l’avènement des réseaux sociaux et des sites de rencontres a certainement facilité et multiplié le nombre de rencontres.
Ces nouvelles conditions, combinées à l’évaluation sociale que trahir est possible et que le bonheur est un droit, mènent à l’infidélité d’une manière plus forte que dans le passé.

Comment les femmes et les hommes vivent la trahison

Le mâle a tendance à se vanter de la trahison comme une reconnaissance de la virilité. Dans certains cas, il va même jusqu’à l’inventer. Les femmes craignent une perte de valeur sociale et essaient de la nier. Mais dans chaque culture et chaque société, nous aurons toujours des hommes qui prétendent trahir deux fois plus de femmes que nous. Ils mentent tous les deux !

Effets de la trahison sur le couple

Paradoxalement, la trahison peut conduire à une amélioration d’une relation stable parce que, à cause du fort sentiment de culpabilité, vous devenez plus tolérant envers votre partenaire et vous êtes plus disposé à accepter tout ce qui, jusqu’à hier, aurait provoqué la guerre. Mais, au contraire, nous pouvons devenir intolérants, parce que, ayant découvert un monde nouveau, nous ne supportons plus les difficultés qui viennent de l’ancienne relation, ni l’indifférence, les visages longs, l’arrogance de l’autre.
La trahison implique des moments d’euphorie et de dépression, de mélancolie que le compagnon ne comprend pas toujours. Il faut un grand travail de masquage qui contraste avec la légèreté décontractée des rencontres avec l’amant, d’abord la trahison est légère et étincelante. Puis, quand il glisse vers la fermeture, ou se stabilise comme un fort sentiment d’amour du lien, il devient lourd car il implique l’effort de choisir.
Si c’est nous qui trahissons
Habituellement, nous avons tendance à donner plus de justification à notre trahison qu’à celle de notre partenaire. Lorsque nous trahissons, nous voulons souvent obtenir le consentement des autres à notre transgression, et parfois même être acquittés par le partenaire. Nous déclarons que nous avons trahi pourquoi :
le partenaire avait laissé un espace vide ;
nous avait quittés émotionnellement ;
parce que personne ne peut résister à l’amour ;
faire l’amour est une pulsion naturelle et, après tout, nous n’avons fait que l’amour ;
nous avons été séduits ;
personne n’a rien remarqué et nous nous sommes retrouvés trop libres pour continuer à trahir ;
finalement quelqu’un nous a dit ce qu’on avait toujours voulu entendre ;
nous avons rencontré un homme ou une femme de notre vie.
Si nous sommes trahis
Quand nous sommes trahis, cependant, nous sommes submergés par l’étonnement, la colère et le désespoir. Nous racontons notre incrédulité en rassemblant, comme dans un puzzle, tous les éléments pour lesquels nous ne pouvions pas avoir confiance ou aurions dû le comprendre avant.
Le traître reçoit une forte attaque sur l’estime de soi, parce qu’il se soumet à la confrontation avec une autre personne. Il peut être blessé par les circonstances, ressentir la sensation de tromperie, trembler de peur que la trahison ne se consolide et craindre d’être remplacé définitivement. Si, par contre, il est pris de colère, il peut perdre son sens de la limitation et se compromettre dans des actions qui rendent réversibles les dommages produits.

La découverte de la trahison exige une grande sagesse, pour contrôler et endiguer le bouleversement émotionnel.

Lorsque nous nous sentons dépassés par des émotions négatives et cherchons le soutien d’une personne amicale, il est important qu’elle ait un sens dynamique des relations et qu’elle ne soit pas un juge, mais qu’elle agisse plutôt comme un conseiller de confiance qui doit accomplir la tâche délicate d’être proche de nous émotionnellement et de s’orienter clairement vers la question  » Que voulez-vous faire dans votre vie et votre relation ?
Avouer ou nier ?
Si trahir n’est qu’une transgression, nous sommes moins enclins à la révélation. Quand vient le temps de démasquer, quand la personne avec qui nous avons eu une histoire nous remplit de pression, de menaces parce qu’elle veut nous quitter ou tout avouer, nous devons prendre des décisions.
Demander du temps est toujours une bonne règle pour comprendre quelle part de notre histoire est une institution et quelle part est un lien d’amour ; combien nous aussi avons été complices de la lente érosion des sentiments et combien nous pouvons nous déclarer innocents. Il est important de nous demander, lorsque nous sommes confrontés à de nouveaux choix, quel point de vue nous considérons comme fondamental dans notre liste de décisions : nous-mêmes ? Le partenaire ? Des enfants ? La famille d’origine ? Le réseau social ?
La meilleure recette, quand nous sommes plongés dans un conflit qui ne peut être résolu, c’est de faire beaucoup de choses et ensuite de « laisser faire », non seulement chez l’autre, mais aussi en nous.

Appelez nos voyants et voyantes sans attendre